Etude MEDIAPOST BALmètrie 2018

Cette année encore, MEDIAPOST ainsi que les principaux acteurs de la profession tels que : La Poste, MEDIAPOST Publicité, ADREXO ont mené l’étude BALmétrie. Le principal enseignement de cette nouvelle édition est que le courrier est toujours aussi efficace pour communiquer avec les clients et prospects.


LE M
ÉDIA COURRIER, ANCRÉ DANS LE QUOTIDIEN DES FRANÇAIS

Pour l’ensemble des Français, le courrier est devenu un support média courant. En effet, 93% des Français relèvent leur courrier au moins 3 fois par semaine* et ils sont 83% à le faire tous les jours
On apprend aussi qu’un Français lit en moyenne 6,9 imprimés publicitaires chaque semaine. Et parmi les Français, c’est 68% qui chaque semaine lisent au moins 1 imprimé publicitaire*.
L’étude BALmétrie, démontre bien l’engouement toujours présent chez les consommateurs pour ce type de média.

 

L’IMPRIMÉ PUBLICITAIRE, LE MÉDIA QUE LE CONSOMMATEUR DÉCIDE DE LIRE

Le média publicitaire est non intrusif et synonyme de bon plan (offres commerciales, promotion, temps forts…). Les Français sont friands de prospectus, car ils peuvent le consommer au moment souhaité et sélectionner ce qui leur importent.
Seulement 18% des Français possèdent un Stop Pub sur leur boîte aux lettres alors que 36% des internautes sont équipés d’un Adblock* sur leurs ordinateurs.


LE PAPIER, L’ARME DE SÉDUCTION MASSIVE

L’imprimé publicitaire est un média qui séduit tous les profils, même ceux auxquels on ne pense pas spontanément. Notamment les adeptes des bons de réduction (76% des lecteurs), mais aussi les e-acheteurs (qui représentent 68% des lecteurs) lisent au moins un imprimé publicitaire chaque semaine*.
Ces chiffres montrent que le web et le papier sont loin de s’opposer, car les jeunes et les e-acheteurs en sont friands, même si ça ne semble pas intuitif. De belles perspectives pour intégrer l’imprimé publicitaire à un mix média gagnant.


L’IMPRIMÉ PUBLICITAIRE, PARTIE INTÉGRANTE D’UN MIX MEDIA RÉUSSI

L’imprimé publicitaire est apprécié par les gros consommateurs d’autres médias de masse (presse, TV, radio…). En effet, 76,3% des consommateurs de télévision lisent au moins un imprimé publicitaire chaque semaine*. Plus une personne consomme de médias, plus elle lit d’imprimés publicitaires. La consommation de média n’est pas sélective mais cumulative, une bonne raison pour jouer la complémentarité entre les supports.

 

LE COURRIER PUBLICITAIRE, DRIVE-TO-STORE ET DRIVE-TO-WEB EFFICACE 

L’édition 2018 de l’étude BALmétrie effectue pour la première fois cette mesure. Un indicateur intéressant pour les retailers, afin qu’ils utilisent le média papier comme un support d’activation drive-to -store et drive-to-web.
Puisque 46,3% des Français se sont déjà rendu ou ont eu l’intention de se rendre en magasin suite à la réception d’un imprimé publicitaire. Et 15,2% se sont déjà rendu sur le  site internet d’un annonceur après avoir reçu un IP.
Le média papier a donc la capacité de faire venir massivement les clients à la fois en magasin et sur les sites e-commerce.

 

L’IMPRIMÉ PUBLICITAIRE, UN OUTIL DE PROXIMITÉ PAR EXCELLENCE

L’imprimé publicitaire enregistre des audiences conséquentes dans beaucoup de secteurs d’activité. Cet imprimé contribue à dynamiser l’économie locale.
Du côté de la grande distribution, les produits alimentaires, de loisir et d’électro-ménager sont les produits qui retiennent le plus l’attention des consommateurs d’imprimés publicitaires.
Cependant, d’autres secteurs tirent leur épingle du jeu en matière d’audience : ameublement, bricolage, sport, vêtements… En effet, un s’appuyant sur un ciblage adapté, les commerçants et les artisans locaux peuvent s’adresser aux habitants et se positionner comme acteurs dynamiques de l’économie locale.

 

OPTER POUR UN FORMAT INTERMÉDIAIRE, LE CHOIX GAGANT

Certains des formats que peut prendre l’imprimer publicitaire sont plus efficaces que d’autres.
Les formats de tailles intermédiaires cumulent de nombreux avantages :

  • plus riches en informations qu’un document d’une page
  • moins chronophages que les catalogues de plus de 12 pages

Les catalogues et dépliants de moins de 12 pages, attirent plus de la moitié des Français.

 

Retrouvez l’infographie complète de l’étude BALmétrie 2018 ici 

*Cette 6ème vague de l’étude BALmétrie qui mesure l’audience du média courrier, a été menée auprès de la population française métropolitaine par l’institut IPSOS, tout au long des années 2016 et 2017 auprès 12 000 personnes par le GIE BALmétrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *